Fauteuil Facett par R&E BouroullecTabouret miura par K.GcricTabouret miuraTabouret miura par K.GcricChaise one par K.GcricChaise one par Konstantin Gcrictéléphone Aka design N.Fukasawabol modèle orloff de patrcia Urquiola pour alessi_
Quel est le lien entre l’origami, le cubisme Tchèque et des designers comme les frères Bouroullec, Constantin Grcic, Paricia Urquiola ou encore Naoto Fukasawa ?
Réponse : les facettes.

En Chine est apparu un art se nommant le Jiezhi, terme qui regroupe les techniques de pliage de papier.
Au Japon, l’origami est très présent dans la culture surtout pour des fins religieuses.
Dans la période de 1910-1914, il est apparu le cubisme qui intégra une nouvelle façon de voir ou d’appréhender la vision d’un objet : déformation, découpage, formes géométriques brutes.
Depuis 2000, nombreux sont les designers à s’être intéressé aux facettes. La raison ?, ils ont vu les possibilités que pouvait offrir cette géométrie. Et peut être pouvons nous y voir un caractère novateur et contemporain dans les facettes, en effet cette construction utilise un assemblage de polygones qui donne un effet à la fois dynamique et sophistiqué, et parallèlement cette géométrie procure de la stabilité et renforce la structure même de la perception de l’objet.
Au travers une sélection actuelle de différents objets des designers cités ci-dessus nous allons tenter d’établir le secret de ce que peut apporter une telle géométrie dans le design.

Le fauteuil modèle, « Facett » design par les frères Bouroullec pour ligne Roset.
Duo de génie du design, les frères Bouroullec imaginent de nouvelles formes avec une seule volonté qui est de ne jamais se répéter.
Facett est le fruit d’un savant mélange entre le design pur et ultra-contemporain des Bouroullec et le savoir faire quasi mythique de Ligne Roset.
Cette ligne « Facett » propose une alternative pour un retour au bien être simple. Facett est à la fois ludique et fonctionnel, qui s’apparente à un jeu de construction aux travers de divers éléments modulables, des poufs en guise d’extensions viennent s’emboîter dans les fauteuils et canapés pour offrir de multiples possibilités d’usages.
La géométrie des facettes propose une ligne stricte qui visualise la structure du design de l’objet.

Le designer Allemand Constantin Grcic, utilise depuis 2000, les facettes dans son design, qui est caractérisé par une simplicité minimaliste. Grcic nous a présenté diverses réponses au thèmes des facettes. Parmi eux, la chaise modèle « One » pour Magis en 2003. Cette chaise dont le piètement est un cône de béton, et dont l’assise est à structure métallique aérer répondant aux critères de l’ergonomie. Etrange sensation, les facettes associées au béton renforce le sentiment de rigidité tout en étant aéré.
Le tabouret de bar modèle « Miura » pour Plank en 2005, propose lui aussi une réflexion sur les facettes, ici il est question de pliage de la structure. Le résultat est surprenant, car dégageant un sensation d’instabilité.

Patricia Urquiola a créé pour Alessi un bol répondant sous le doux nom de « Orlorff »
La designer signe ici sa première pièce en métal pour Alessi. Orloff prends son inspiration dans l’inverse du dôme géodésique. Fabriqué à partir d’une simple plaque et sans soudure, sa réalisation est un véritable tour de force, qui fait de cet objet le premier objet totalement non esthétique. Dans la mesure ou en y mettant un objet dans le bol, vous obtiendrez le reflet de celui-ci complètement déformé, se reflétant sur toutes les faces internes de l’objet. Orloff est disponible en 2 tailles.

Lancé par KDDI, Naoto Fukasawa est le designer du téléphone portable W11K, un portable à clapet dernière génération, détenant toutes les dernières innovations en termes de technologies, c’est un mobile au design remarquable puisqu’il est constitué de facettes aux angles tendus. Ce qui lui procure un design des plus contemporain et racé, à l’opposé des rondeurs ergonomes si souvent visible.

La mode dans le design des facettes témoigne d’une volonté d’innover aux niveaux des formes, ainsi que dans la perception de l’objet, puisque nous pouvons voir la structure même de l’objet. Ainsi, les diverses façades polyédriques fragmentées en volumes géométriques hybrides nous donnes à voir la vérité plastiques sous toutes ses faces…
Ce design plus radical, car plus brut dans sa finition et conception, nous interpelle et nous fait redécouvrir la beauté du travail des formes et de la structure, chose qui commençait à être oublié dans le design actuel…

Pour en savoir plus :
www.ligneroset.fr
www.konstantin-grcic.com
www.alessi.com
www.au.kddi.com